7.18.13: Toujours le pied à terre pour les banquiers centraux


Créer for the Executive Summary email briefing to get the news delivered straight to your inbox first thing in the morning.

[np_storybar title = "Marchés: Par les nombres" link = ""]

Fermeture des marchés mondiaux de jeudi
FTSE 100 de Grande-Bretagne
6,634.36 + 62.43 + 0.95%

EURO STOXX 50
2,717.99 + 36.11 + 1.35%

Nikkei du Japon
14,808.50 + 193.46 + 1.32%

Shanghai en Chine
2,032.40 -21.53 -1.05%

Hang Seng de Hong Kong
21,345.22 -26.65 -0.12%

S & P / ASX 200 de l'Australie
4,993.40 + 11.70 + 0.23%

[/ np_storybar]

Alors que l'économie mondiale peine toujours à trouver une traction durable, il n'est pas surprenant que les banquiers centraux du Canada et d'ailleursprennent une pause pour réfléchir et envisager leurs prochaines mesures de politique monétaireFinancial Post’s Gordon Isfeld. Some — such as the Bank of Canada’s newly installed governor Stephen Poloz — are looking for signs that growth will soon be on a solid ground, clearing a path to finally begin raising interest rates again. Still others, including Mark Carney — until last month, Canada’s top central banker and now the Bank of England chief — are pondering whether and when more stimulus spending is needed to pump up the economy. Or, in the case of U.S. Fed chairman Ben Bernanke, when to begin turning off those asset purchases. On Wednesday, all three central bankers addressed their concerns in one fashion or another. “None are entirely thrilled with the pace of economic growth, but all are hopeful that things will get better,” said Avery Shenfeld, chief economist at CIBC World Markets. “It’s a reasonable bet that the global economy will heal and help all three [countries] next year, but it’s not a sure thing.”

en relation: Poloz signale que les taux resteront bas pendant un certain temps - Financial Post

Top 4 risque de faire face à l'économie selon la Banque du Canada - Financial Post

Lisez l'énoncé de politique officiel de la Banque du Canada - Financial Post

Le successeur de Bernanke sera-t-il important pour le marché obligataire?

Bill Hubard, économiste en chef chez Markets.com, s'entretient avec Guy Johnson sur les mesures prises dans les coulisses pour remplacer Ben Bernanke en tant que président de la Réserve fédérale s'il décide de démissionner et quel type d'impact pourrait avoir sur le marché obligataire. Regardez le segment ci-dessous.

Pourquoi Tim Hortons ne parvient pas à marquer en Amérique

L'incapacité de Tim Hortons d'attirer les consommateurs aux États-Unis, où le charme canadien de la chaîne du café et du beignet signifie peu sur un marché de la restauration rapide bondé, est provoquant une agitation croissante parmi ses actionnaires. Les investisseurs activistes disent que l'expansion de 664 millions de dollars américains au cours de la dernière décennie a été un gaspillage. L'enjeu pourrait être un retrait forcé d'un marché qui promet une croissance potentielle à Oakville, en Ontario, alors qu'elle atteint la saturation à la maison. "Ils atteignent le point où ils ne pourront plus ouvrir de magasins au Canada", a déclaré Jim Danahy, directeur général de Customer Lab, une société de conseil en commerce de détail basée à Toronto, dans une interview. «Ils savent que la croissance à long terme devra venir des États-Unis.» Tim Hortons a récemment été critiquée par les investisseurs activistes Highfields Capital Management LP de Boston et Scout Capital Management LLC de New York, qui détiennent 4% et 5. % des actions de la société, respectivement. Les deux entreprises d'investissement ont fait pression sur l'entreprise pour qu'elle réduise l'expansion aux États-Unis et, au lieu de cela, elle a décidé de procéder à des rachats d'actions.

en relation: Hedge Fund exhorte Tim Hortons à optimiser la structure du capital - Reuters

Les actions de RBC et de TD atteignent presque des sommets

Actions de La Banque Royale du Canada et la Banque Toronto-Dominion approchent des recordsLa Banque Royale, le plus important prêteur au Canada en termes d'actifs, a progressé de 1.3% à 64.60 à 11: 34 à Toronto, son prix intrajournalier le plus élevé depuis février 25. Une clôture à ce niveau serait un record après avoir pris en compte les divisions d'actions, éclipsant le pic précédent de $ 64.49 du mois de février 20, selon les données compilées par Bloomberg. Toronto-Dominion, la deuxième plus grande banque, a progressé de 1.5% à $ 87.42, son intraday le plus élevé depuis près de deux ans. Le précédent prix de clôture du prêteur établi à Toronto était de 86.40 au mois de mars 30, 2011. Les banques canadiennes sont en hausse alors que le marché de l'habitation du pays défie les prédictions d'un ralentissement majeur. Selon les données de l'Association canadienne de l'immeuble, les ventes de maisons existantes au Canada ont augmenté de 3.3% en juin, soit presque autant que le gain du mois précédent qui était le plus rapide depuis plus de deux ans.

en relation: Le ralentissement du logement rend les banques canadiennes plus attrayantes - Bloomberg

Téléphones Windows qui fument des BlackBerry?

Il semble y avoir un nouveau gagnant dans la course pour la troisième place dans la guerre des plates-formes mobiles. Les systèmes d'exploitation iOS et Android de Google sont toujours au top, mais il semble désormais que de plus en plus de clients se tournent vers la plate-forme Windows Phone comme alternative à BlackBerry. BlackBerry a lancé son nouveau système d'exploitation mobile, BlackBerry 10, au début de cette année, mais les ventes ont été décevantes jusqu'à présent. En fait, BlackBerry a expédié 2.7 million de terminaux BlackBerry 10 au dernier trimestre. Pendant ce temps, Nokia affirme avoir livré 7.4 millions de ses smartphones Lumia, qui utilisent le système d'exploitation Windows Phone de Microsoft. Ce nombre était inférieur à ce qu'attendaient les analystes, mais tout de même supérieur à ce que BlackBerry a réussi à retirer au cours du trimestre.

en relation: Les prix du BlackBerry Z10 ont été réduits aux Etats-Unis en raison de la faiblesse des ventes, selon un rapport - Financial Post

Slight jump in profit for takeover target Shoppers

Shoppers Drug Mart a reçu un solide coup de pouce de ses entreprises de beauté et de l'alimentation au deuxième trimestre - les catégories où les dirigeants visent à faire des gains supplémentaires lorsque le détaillant de drogue s'intègre à son entreprise-parent, Loblaw Cos, rapporte Hollie Shaw du Financial Post. La plus grande chaîne de pharmacies du pays a déclaré que le bénéfice net a augmenté de 5.8 ¢ à 73 ¢ cents pour la période terminée le 13 de juin, ou 147-million, comparé à 69 ¢ (145-million) à la même période l'année dernière. Le bénéfice a dépassé les attentes des analystes de Thomson Reuters d'un cent.Les ventes ont augmenté de 3.3-X à X -UMND milliards de dollars, avec des ventes de 2.5-milliards dans sa pharmacie et de 1.2-milliards dans ses ventes non-médicamenteuses. Les ventes à magasins comparables, une mesure clé du volume de la santé au détail dans les points de vente ouverts depuis plus d'un an, ont augmenté de 1.3% dans la pharmacie et de 1.3% dans le devant de la boutique.

en relation: Les consommateurs de Loblaw ne sont pas la seule raison pour laquelle les stocks de consommation montent en flèche - Financial Post

Un fuselage de confusion

It wasn’t the rollout they were hoping for or planning on. Indeed, changes underway at WestJet Airlines Ltd. to introduce premium economy seats and fare bundles ont créé des difficultés de croissance alors que le transporteur basé à Calgary cherche à évoluer au-delà d'une compagnie aérienne unique, rapporte le Financial Post‘s Scott Deveau. Senior management acknowledged in a memo to staff obtained by the Financial Post that the roll out of its new offerings has been rougher than they had hoped. The new class of seating, or its so-called Plus product, gives passengers added legroom in the first three rows of the plane and offers other amenities, like a second checked bag and priority boarding, for a fee. But its soft launch in recent months has also created some tension between WestJet’s front-line workers and its customers. “We underestimated the impact that the complexity and magnitude of this change would have on both WestJetters and our guests,” acknowledged Bob Cummings, WestJet executive vice-president of sales, marketing and guest experience, in an email to WestJetters dated July 8.

en relation: WestJet cherche à réduire ses coûts en «coussin» par rapport à Air Canada - Financial Post

Les stocks de consommation sur une larme

Le projet d'acquisition de Shoppers Drug Mart Corp. par Loblaw Cos Ltd. a pesé sur les actions de consommation canadiennes cette semaine, mais l'affaire de $ 12.4-billion n'est pas la seule chose qui renforce les rendements des actions du secteur de la fin, rapporte le Financial Post‘s David Pett. A combination of catalysts including M&A and corporate restructuring as well as real estate spinoffs and shareholder activism have turned the country’s largest publicly-traded retailers from an afterthought into one of the hottest plays around. “It’s become a really interesting space that has done remarkably well for a while now,” said Mary Anne Wiley, head of iShares Canada. “If the Canadian economy improves, the sector may benefit even further and continue to perform nicely.” Since the beginning of the year, the S&P/TSX Capped Consumer Staples Index has risen 21%, far outperforming the broader S&P/TSX Composite benchmark, which is up just 1%. The staples group also rose 20.8% and 4.8% in 2012 and 2011, respectively, versus the broader index’s 1.8% gain and 11% loss during the same time periods.

en relation: Les chaînes de vêtements pourraient ressentir de la chaleur grâce à un accord de $ 12.4-milliard - Financial Post

Qu'y a-t-il dans le portefeuille de Jean Coutu?

Dans la foulée de la transaction vedette de Loblaw-Shoppers Drug Mart / Pharmaprix, la décision de Jean Coutu Group Inc. de vendre sa participation restante de 7.2% dans Rite-Aid Corp. soulève plus de questions sur ce que la chaîne de pharmacies du Québec a prévu pour sa position de trésorerie croissante, écrit le Financial Post‘s Jonathan Ratner. The company has filed with regulators to sell 65.4 million Rite-Aid shares. Following the sale, Jean Coutu will have fully divested its 28% position in the U.S. drugstore operator over the past two years. It sold more than 40 million Rite Aid shares in June. With the transaction expected to raise $183-million in gross proceeds, Barclays analyst Jim Durran estimates that Jean Coutu will have about $475-million in net cash. The company has no debt on its balance sheet. “Jean Coutu’s management has been open about their desire to participate in industry consolidation to improve profitability eroded by government drug reforms,” the analyst said in a research note. “Given the size of the cash balance and the speed at which Jean Coutu has built up the balance sheet, we believe this Rite-Aid sale and the preceding one have increased the possibility that Jean Coutu could be preparing to make an acquisition.”

en relation: L'offre de 970 000 $ de Loblaw dans le cadre du programme Shoppers montre que les épiceries ont faim d'offres en pharmacie - Financial Post

Un pipeline controversé sous un nom différent

A Canadian company’s plan to build an oil pipeline that will stretch for hundreds of kilometres through the U.S. Midwest, including through many sensitive waterways, is quietly on the fast-track to approval — juste pas celui que vous pensez. As the Keystone XL pipeline remains mired in the national debate over environmental safety and climate change, another company, Enbridge Inc. of Calgary is hoping to begin construction early next month on a 965-kilometre pipeline that would carry oil from Flanagan, Ill., 160 kilometres southwest of Chicago, to the company’s terminal in Cushing, Okla. From there the company could move it through existing pipeline to Gulf Coast refineries. The company is seeking an expedited permit review by the U.S. Army Corps of Engineers for its Flanagan South pipeline, which would run parallel to another Enbridge route already in place. Unlike the Keystone project, which crosses an international border and requires State Department approval, the proposed pipeline has attracted little public attention — including among property owners living near the planned route.

en relation: Qu'est-ce que Keystone XL? La moitié des Américains n'ont jamais entendu parler du projet de pipeline - Financial Post

Les banques canadiennes sont «vraiment bon marché»

No, not in that way. Canadian bank valuations have plunged in the past four years amid a slowdown in the housing market, making the country’s lenders including Toronto-Dominion Bank and Bank of Nova Scotia more attractive to investors. Bank stock values closely track resale home prices, which rose at the slowest pace in almost four years last month. As a result, Canadian lenders are trading at about 11 times earnings, down from almost 19 in September 2009. “We think the banks are really cheap,” David Baskin, president of Baskin Financial Services, whose Toronto-based firm oversees about $500 million including bank shares. “People will become more comfortable with the Canadian housing market again and they’ll recognize that these fears were overblown.” Bank stock valuations have been a leading indicator to the changing pace of resale home prices since 2009, Bloomberg data show. The ratio of stock price to earnings for Canada’s eight-largest lenders soared in February 2009, about three months ahead of a surge in the growth of home prices, according to Bloomberg data. Bank stocks were most expensive at the end of September 2009, while home prices peaked in May 2010.

en relation: David Rosenberg dit que tout va bien sur le front canadien - Financial Post

Merci d'avoir lu. Nous mettons à jour ce résumé tout au long de la journée de travail, alors revenez pour les dernières nouvelles. Créer pour notre briefing par e-mail Executive Summary pour obtenir les nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous pouvez également suivre Financial Post on Twitter et Facebook .

Related Posts

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!