Déclaration de politique monétaire officielle de la Banque du Canada


La Banque du Canada maintient un taux cible du financement à un jour au taux 1

La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle maintient son objectif de taux au jour le jour à 1%. Le taux d'escompte est 1 1 / 4 en conséquence et le taux de dépôt est 3 / 4 pour cent.

La croissance économique mondiale reste modeste, bien que le rythme de l'activité économique varie considérablement d'une économie à l'autre. L'expansion économique américaine se poursuit à un rythme modéré, le renforcement continu de la demande privée étant partiellement compensé par l'impact de l'assainissement budgétaire. Au Japon, les mesures de relance budgétaire et monétaire contribuent à une reprise rapide de la croissance économique. En revanche, l'activité économique dans la zone euro reste faible. Bien que plus forte que dans les économies avancées, la croissance du PIB réel en Chine et dans les autres économies émergentes a ralenti, exerçant une pression à la baisse sur les prix mondiaux des matières premières et, par conséquent, la Banque a légèrement révisé à la baisse ses prévisions de croissance mondiale. L'économie mondiale devrait toujours reprendre dans 2014 et 2015.

 

Au Canada, la croissance économique devrait être instable à court terme, en raison de facteurs temporaires inhabituels, même si les perspectives générales sont peu modifiées par rapport à la projection de la Banque dans son Rapport sur la politique monétaire d'avril (MPR). La croissance annuelle du PIB devrait atteindre en moyenne 1.8 pour 2013 et 2.7 pour 2014 et 2015, soutenues par des conditions financières très accommodantes. Malgré les problèmes de compétitivité persistants, les exportations devraient s'accélérer, ce qui devrait renforcer la confiance et conduire à une croissance de plus en plus solide de l'investissement des entreprises. L'économie sera également soutenue par la croissance continue des dépenses de consommation, tandis que d'autres baisses modestes de l'investissement résidentiel sont attendues. La croissance du PIB réel devrait être suffisante pour absorber la surcapacité matérielle actuelle dans l'économie, en comblant l'écart de production autour de la mi-2015, comme prévu dans le MPR d'avril.

 

L'inflation a été faible au cours des derniers mois et devrait rester faible à court terme. La faiblesse de l'inflation sous-jacente reflète une capacité excédentaire importante persistante, des pressions concurrentielles accrues sur les détaillants, des hausses salariales relativement faibles et certains facteurs temporaires spécifiques au secteur. L'inflation totale de l'IPC a également été limitée par la baisse des coûts d'intérêt hypothécaire. Au fur et à mesure que l'économie reviendra à sa pleine capacité et que les anticipations d'inflation seront bien ancrées, l'inflation mesurée par l'IPC total et le rendement de base devraient revenir à 2 pour cent autour de la mi-2015.

 

Dans ce contexte, la Banque a décidé de maintenir le taux cible du financement à un jour à 1%. Tant qu'il y aura un ralentissement important de l'économie canadienne, que les perspectives d'inflation resteront faibles et que les déséquilibres dans le secteur des ménages continueront d'évoluer de façon constructive, les importantes mesures de relance monétaire actuellement en place demeureront appropriées. Avec le temps, au fur et à mesure de la normalisation de ces conditions, on peut s'attendre à une normalisation progressive des taux d'intérêt directeurs, ce qui correspond à la réalisation de l'objectif d'inflation 2%.

Related Posts

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!