Le CRTC refuse la hausse des prix des téléphones payants et lance une consultation


Dans un océan de téléphones intelligents, les cabines téléphoniques démodées sont de plus en plus difficiles à trouver et l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a annoncé mardi qu'il allait lancer une consultation publique sur le rôle des téléphones payants dans le système de communication.

Dans une décision rendue publique mardi, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a également rejeté une demande de Bell Canada et de ses affiliés régionaux visant à augmenter le prix d'un appel téléphonique sur les téléphones payants publics.

Le CRTC a empêché Bell Canada, Bell Aliant et Télébec, détenues par BCE Inc., d'augmenter les tarifs des téléphones payants locaux jusqu'à concurrence de 1 pour les appels en espèces et jusqu'à concurrence de 2 pour les appels facturés sur des formes de paiement en plastique.

En vertu d'un régime de plafonnement des prix, les compagnies de téléphone peuvent actuellement facturer jusqu'à 0.50 pour les appels téléphoniques en espèces et jusqu'à 1.00 pour les appels locaux sans espèces.

Les compagnies avaient demandé la permission d'augmenter les tarifs pour aider à recouvrer les coûts liés aux mises à niveau nécessaires pour rendre les téléphones payants compatibles avec la nouvelle pièce de un dollar émise par la Monnaie royale canadienne dans 2012.

Ils ont également déclaré que la hausse des prix empêcherait la chute des revenus et réduirait le rythme auquel les téléphones payants sont retirés des communautés.

Mais après une procédure publique qui s'est terminée en janvier, le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, n'était pas convaincu que l'augmentation des tarifs ferait assez de différence.

"Cette tendance devrait se poursuivre quel que soit le taux pratiqué pour les services de téléphones payants et souligne la nécessité de réévaluer le rôle des téléphones payants", a déclaré M. Blais dans un communiqué mardi.

Le Centre pour la défense de l'intérêt public est intervenu dans l'instance, soutenant que des prix plus élevés affecteraient de façon disproportionnée les utilisateurs à faible revenu qui sont le moins en mesure de les payer.

L'organisme de réglementation sollicite des observations générales sur le rôle des téléphones payants, attendu le 22 d'octobre. Entre-temps, il demande des commentaires sur la possibilité d'interdire aux compagnies de téléphone d'enlever le dernier téléphone public d'une communauté pendant la consultation. .

Related Posts

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!