La note de départ du partenaire mord, mais vraie


Quotidien constitutionnel has reproduced the tongue-in-cheek yet biting, farewell memo sent by a Biglaw partner as he left US legal giant, Sidley Austin. C'est quelque chose pour tous à Biglaw de réfléchir quand ils commencent une autre année.

Le mémo va comme suit:

"J'ai réalisé que je ne pouvais pas répondre simultanément aux exigences de la carrière et de la famille. Sans critiquer ceux qui ont choisi le lucre plutôt que la progéniture, permettez-moi de dire que je quitte la pratique du droit. Mon épiphanie est peut-être arrivée un peu en retard étant donné que mon plus jeune enfant - je crois qu'il s'appelle Erik - est 24. Mais comme je l'ai toujours dit après avoir manqué une date limite de dépôt, mieux vaut tard que jamais.

J'ai fait des amitiés à Sidley que je chérirai bien dans le premier trimestre de 2012. Mais une carrière basée sur la perception d'un potentiel inexploité, plutôt que sur la production réelle, a une durée de vie limitée. Franchement, je m'attendais à ce que la direction prenne conscience des choses il y a des années. Je crois que ma longévité servira de balise d'espoir pour les avocats sous-performants de tous âges. Pas besoin de nommer des noms: vous savez qui vous êtes.

Adieu et meilleurs voeux "

Related Posts

GTranslate Your license is inactive or expired, please subscribe again!